logo site
Territoire et mémoire du Sillon et d’Estuaire
“Pas de savoir sans critique du savoir et sans savoir critique” Henri Lefebvre

Version 4 du site de Jean-Yves Martin historien & géographe

logo article ou rubrique
"Henri Lefebvre, une théorie critique de l’espace" par Francesco Biagi
Article mis en ligne le 19 février 2019
Dernière modification le 20 février 2019

par Jean-Yves Martin

Première monographie publiée en Italie sur Henri Lefebvre – à la suite de nombreux autres pays depuis quelques décennies - l’ouvrage de l’Italien Francesco Biagi se concentre sur ses études urbaines et sa "théorie critique de l’espace". La méthode d’investigation choisie par l’auteur est d’abord un retour rigoureux aux œuvres et au contexte dans lequel Lefebvre les a produites, plus particulièrement entre 1968 (Le Droit à la Ville) et 1974 (La Production de l’Espace). C’est ainsi que l’ensemble de la trajectoire historico-critique de sa production intellectuelle est tracé, restituant clairement l’articulation de la configuration théorique dans laquelle la méthode historique croise la rigueur philosophique et sociologique. La vaste production sur l’urbain du "philosophe de Hagetmau" - comme l’appelle constamment Biagi - est ensuite retravaillée, pour déboucher sur une tentative de structurer la "théorie politique générale de l’espace", tentant de répondre à cette question : comment, avec Lefebvre, interpréter notre présent ?

Une réflexion critique

Le chapitre 1 met en évidence une réflexion critique qui allait chez Lefebvre bien au-delà des domaines des disciplines académiques. Pour le jeune Lefebvre, échappant à toute catégorisation philosophique ou sociologique, la philosophie est une pensée critique en commun. Sa philosophie critique joue Marx contre le marxisme orthodoxe. L’éventail de sa production éditoriale est très large. Avec Guy Debord son amitié intellectuelle est conflictuelle et controversée. Avec Sartre, il passe de la polémique sur le statut de l’existentialisme, au protagonisme anti-stalinien au sein du PCF.

Richesse du lexique lefebvrien

Le chapitre 2 brosse la large palette du lexique thématique lefebvrien. Avec une étude pionnière de la sociologie rurale dans la vallée pyrénéenne de Campan. il met au point sa méthode critique personnelle progressive-régressive. À partir de la cité historique comme forme, il aborde l’analyse de l’urbanisation comme processus. Le constat d’un rapport asymétrique entre l’urbain et le rural, celui des ambiguïtés de la périphérie, le conduisent à l’éloge de la marge, et un plaidoyer en faveur de la différence. Sur la question du logement, sa distinction entre l’habiter et l’habitat, débouche sur une critique du fonctionnalisme urbanistique à la Le Corbusier, mais bien plus largement, à travers le cas français, de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement.

Philosophie, sociologie et politique de l’espace

Dans son amitié avec Guy Debord, qui tourne ensuite à la polémique, Lefebvre trouve, vers 1968, la racine de la pensée situationniste : une "critique de la vie quotidienne" pour "changer la vie".
Ensuite, de 1968 à 1974, il développe son projet d’une théorie politique de l’espace reposant sur la problématique de sa production. Ce projet englobe une phénoménologie historique de l’espace et, à travers le cas de la Commune de Paris, et au-delà de la question de l’État, celle du destin de la cité en tant que lieu potentiel d’une insurrection impossible/possible, pour et par l’espace.

Quelle interprétation du présent avec Henri Lefebvre ?
Avec une généalogie du Droit à la Ville, le livre clarifie également le sens de cette formule très galvaudée, inventée par Lefebvre - dont on use et on abuse - qui est analysée ici dans le contexte du débat philosophique-politique français (Debord, Sartre, Althusser...) et international. Biagi discute, à cette occasion, la postmodernité de Soja, l’économisme spatial d’Harvey. Son ouvrage s’ajoute, entre autres, à ceux du Britannique Merrifield (2006) , des Suisses Schmid (2005) et Stanek (2011), de l’Australien Butler (2012), etc. constituant l’Internationale d’une « pensée devenue monde ».

Biagi indique aussi que, dans le débat contemporain, on passe du « droit à la ville » au « droit à la cité », souvent réduit à une « révolution passive du pouvoir », et même à un « droit à la centralité » pour les périphéries. Le regard pionnier d’Henri Lefebvre à la fin du "court XXe siècle" nous est ainsi restitué dans toute sa richesse et sa complexité, avec comme héritage des outils pertinents, encore trop sous-utilisés, pour le décryptage du présent XXIe siècle, sous l’optique et dans la perspective d’une politique de l’émancipation.

Francesco Biagi, Henri Lefebvre, una teoria critica dello spazio, Jaca Book, Milano, 2019.